Grand retour de la Petite centaurée maritime !

Date de l'actualité: 
29/12/2020

Après une longue absence de données, cette espèce a été redécouverte en 2020 sur les chaumes de Sèchebec au sein de secteurs ayant bénéficié d'actions de restauration depuis plusieurs années.

Une nouvelle encourageante !

Non revue depuis 1954 sur le site, la Petite centaurée maritime (Centaurium maritimum) a été redécouverte au cours d'une étude menée par la LPO en 2020 sur les espèces patrimoniales du site. Particulièrement rare, cette espèce est considérée comme étant en danger critique d'extinction (selon le livre rouge de la Flore vasculaire de Poitou-Charentes, 2018).

L'identification, en2020, de deux stations au sein des parcs de pâturage mis en place sur les Chaumes de Sèchebec est une nouvelle encourageante. D'autant plus que la plus grande de ces deux stations accueille plusieurs centaines de pieds fleuris !

Centaurium maritimum©T.Lefort/LPO

Merci les moutons !

L'abandon des pratiques agropastorales traditionnelles, durant plus d'un demi-siècle sur le site, avait entraîné la fermeture du tapis végétal, à l'origine de l'appauvrissement et de la disparition des pelouses des Chaumes de Sèchebec, colonisées progressivement par les ligneux.

Afin de restaurer les pelouses du site, de multiples travaux ont été menés grâce, notamment, aux efforts soutenus du Conservatoire d'espaces naturels de Nouvelle-Aquitaine (CEN-NA) et de quelques bénévoles depuis maintenant plusieurs années. Ces travaux de restauration, et, plus récemment, la mise en place de parcs de pâturage sur le site, en étroite collaboration avec les éleveurs locaux, le Conservatoire d'espaces naturels et la structure animatrice, semblent porter leurs fruits.

En effet, la mise en place du pâturage sur le site permet de préserver les secteurs préalablement restaurés et contribue au renouvellement continu de quelques zones rases, nues ou écorchées, propices à la germination d'espèces, dont les espèces pionnières. Le retour des moutons favorise, notamment, le développement d'espèces annuelles, telle la Petite centaurée maritime, qui, avec la fermeture du milieu, étaient progressivement étouffées et vouées à disparaître.

 

La Petite centaurée maritime sera suivie sur les Chaumes de Sèchebec. Grâce au partenariat entre un éleveur local, le CEN-NA et la LPO, structure animatrice du site Natura 2000, les pelouses où réside cette espèce seront entretenues par le pâturage ovin.